Trois jours en Automne de Pak Wan-Seo

Résumé :

Ce court roman de l’écrivaine Pak Wan-seo met en scène une gynécologue « accoucheuse d’anges » dans le Séoul des années 1980 à trois jours de prendre sa retraite. Pendant ces trois dernières longues journées d’automne, elle fait le bilan des trente années écoulées et attend désespérément que lui soit donnée une dernière chance de mettre au monde un enfant vivant. À travers ce portrait sans concession d’une femme face à son destin, c’est un tableau de la Corée contemporaine que dresse, non sans humour, Pak Wan-seo. Comme toujours chez ce grand auteur, derrière le masque grimaçant des personnages et de leur misère, se cache un profond humanisme qui donne une résonance universelle à ce très beau texte.

Avis :

« Court roman superbement écrit…. le point de vue de cette accoucheuse d’âme pourra choqué mais j’ai trouvé que c’était aussi une parole à entendre. Vraiment adoré ma lecture ! » https://www.livraddict.com/biblio/livre/trois-jours-en-automne.html?delete_message=1196691

J’ai vraiment beaucoup aimé lire les pensées de cette doctoresse, assez froide, avec des paroles plutôt dures sur la grossesse et les gens qui l’entoure; puis sa recherche désespérée de « rédemption » en voulant absolument accoucher la vie une dernière fois … véritable questionnement sur sa propre vie. A lire !

Citation :

« J’ai échafaudé ces pensées à rebours, sur les ruines de mes anciennes certitudes. »

« Je plaçais aussi une table d’examen qui permettait aux femmes de dévoiler leurs parties intimes comme si c’était leur visage. Avant de s’y être étendu, on pense que c’est tout simplement un appareil médical confortable conçu le plus scientifiquement possible. Après y avoir pris place, on comprend cependant combien c’est un instrument d’oppression déshonorant pour les femmes. Je grinçais des dents en me souvenant du sentiment d’humiliation gratuite que j’y avais ressenti. »

« Une femme vertueuse pourrait être choquée d’avoir son sexe comparé à celui d’une prostituée, mais je ne parle ici que de l’apparence. Le sens commun veut que le sexe d’une femme vertueuse est propre et que celui d’une prostituée est sale. Toutefois, un examen rapproché de leur intimité vous prouverait le contraire. Le sexe de certaines prostituées est aussi propre que le visage d’un idiot. D’un autre côté, plus une femme se croit vertueuse, moins elle est honteuse de la saleté de son sexe. Il y a peut être une analogie avec le fait que le salon où l’on reçoit les invités est la pièce la plus propre de la maison.« 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s