Warcraft : Le dernier gardien de Jeff Grubb

Résumé :

Dans le passé, le monde d’Azeroth regorgeait de créatures merveilleuses de toutes sortes. Des elfes mystérieux et des nains intrépides vivaient aux côtés des hommes dans une paix et une harmonie relatives – jusqu’à l’arrivée d’une armée démoniaque, la Légion du feu, qui fit définitivement voler en éclats la tranquillité de ce monde. Désormais, les orcs, les dragons, les gobelins, et les trolls combattent pour asseoir leur suprématie sur les royaumes éparpillés de Warcraft.

Les gardiens de Tirisfal sont une lignée de champions investis de pouvoirs divins. A travers les âges, il furent chargés de mener une guerre secrète et solitaire contre la Légion Ardente.
Dès sa naissance, Medivh était destiné à devenir le plus grand et le plus puissant des héritiers de cet ordre sublime. Mais depuis toujours, l’esprit du guerrier est en proie au tourment. Une force obscure corrompt son innocence et détourne les pouvoirs destinés à faire triompher le bien…

Avis :

Première partie longue qui m’a fait mettre en pause le livre pendant un bon moment. Mais étant une grande joueuse du MMO World of Warcraft, je me devais de reprendre la lecture un jour ou l’autre et force est de constater que j’ai bien fait. La deuxième partie se dévore bien et suivre l’évolution de Médivh est intéressant. La dualité à laquelle il est confronté est bien rendue dans cet ouvrage qui a été porté en partie à l’écran avec le film Warcraft (qui fut pour moi un terrible flop) . En bref un bon petit roman qui n’intéressera que les fans de l’univers étendu de World of Warcraft.

La fête de l’insignifiance de Milan Kundera

Résumé :

Jeter une lumière sur les problèmes les plus sérieux et en même temps ne pas prononcer une seule phrase sérieuse, être fasciné par la réalité du monde contemporain et en même temps éviter tout réalisme, voilà La fête de l’insignifiance. Celui qui connaît les livres précédents de Kundera sait que l’envie d’incorporer dans un roman une part de « non-sérieux » n’est nullement inattendue chez lui. Dans L’Immortalité, Goethe et Hemingway se promènent ensemble pendant plusieurs chapitres, bavardent et s’amusent. Et dans La Lenteur, Véra, la femme de l’auteur, dit à son mari : « Tu m’as souvent dit vouloir écrire un jour un roman où aucun mot ne serait sérieux… je te préviens : fais attention : tes ennemis t’attendent ». Or, au lieu de faire attention, Kundera réalise enfin pleinement son vieux rêve esthétique dans ce roman qu’on peut ainsi voir comme un résumé surprenant de toute son oeuvre. Drôle de résumé. Drôle d’épilogue. Drôle de rire inspiré par notre époque qui est comique parce qu’elle a perdu tout sens de l’humour. Que peut-on encore dire ? Rien. Lisez !

Avis :

Rien ne vaut une bonne matinée de mal de crâne pour rattraper ses points lecture en retard ! J’y allais vraiment à reculons … Que dire … Milan Kundera a été une révélation dans mes vertes années avec L’Insoutenable légereté de l’être … il est classé dans mon panthéon des écrivains et … quelle déception …. ce livre est encore un court roman .. oui je sais encore un ! Mais j’ai tenté de le lire au moins trois fois au cours de ces dernières années, et j’y suis enfin arrivée … Non pas que Kundera se soit transformé en mauvais auteur d’un seul coup mais le propos n’était pas passionnant. Cependant même un moins bon Kundera reste meilleur qu’un très bon Fournier (petite pique à un de mes précédents point lecture : Mon autopsie).

On retrouve son style littéraire , chapitres courts, digressions régulières et questionnement sur le sens des choses, de la vie, de l’amour et notamment ici de l’humour….

Ce n’était pas mauvais .. mais je m’attendais à tellement tellement tellement mieux …. que je suis affreusement déçue. Peut-être le relirai-je un jour et que j’aurai le plaisir de le voir sous un nouvel œil ! Si vous commencez Kundera je ne vous conseille clairement pas de commencer par celui-ci.

https://www.livraddict.com/biblio/livre/la-fete-de-l-insignifiance.html

Anita Blake tome 3 – Le cirque des damnés de Laurell K. Hamilton

Résumé :

Je vous le dis franchement : je stresse! Nous vivons vraiment clans un univers IM-PI-TOYABLE ! Prenez par exemple Jean-Claude, propriétaire, entre autres, du Cirque des Damnés, une boîte branchée des plus rentables. Eh bien, il n’est entouré que de gens qui veulent soit lui faire la peau, soit prendre sa place, voire les deux. Tous des vampires, bien sûr, avec des dents qui rayent le parquet. Vous me direz que, même s’il a le sens de l’humour, J.-C., lui aussi est un vampire et que sa principale ambition semble être de faire de moi son esclave. Peut-être finalement devrais-je laisser les loups-garous et autres se dévorer entre eux. Et plutôt me consacrer à empêcher mes chers zombies de nuire…

Avis :

Petite lecture toujours addictive et distrayante sans conséquences. Je l’ai trouvé un poil en dessous du précédent. L’univers est agréable à retrouver avec de nouvelles créatures fantastiques qui font leur apparition. Anita l’intrépide est tout de même assez horripilante dans son côté brut de décoffrage et sa mauvaise humeur quasi constante mais j’ai plaisir à retrouver un de ces tomes de temps en temps entre deux lectures plus exigeantes . En bref rien de bien neuf sous le soleil littéraire 🙂

Résumé Spoilant :

Anita est libérée des marques de Jean-Claude et reprend du service dans la réanimation de zombie. Elle a un nouvel assistant qu’elle doit former Larry aussi naïf qu’il a de l’ambition. De nouveaux meurtres sont commis et Anita les attribue à un Maître Vampire renégat, or justement elle aura mal à partir avec deux d’entre eux qui veulent la peau de Jean-Claude dont un qui remonte à la préhistoire !!! Rien que ça 🙂 Bref elle arrive à sauver la peau de tout le monde in extremis et le monde se retrouve avec une Lamia immortelle sur les bras à gérer. Les loup-garous font leur apparition et notamment Richard qui postule pour le poste de petit ami officiel.

Mon autopsie de Jean-Louis Fournier

Résumé :

« T’as des nouvelles de Jean-Louis Fournier ? On entend moins « Je suis mort. C’est pas le pire qui pouvait m’arriver. » Jean-Louis Fournier s’est fait autopsié par la charmante Egoïne pour qu’on sache ce qu’il avait dans la tête, dans le coeur et dans le ventre.

Avis :

J’ai été surprise de voir qu’il avait d’aussi bons avis quand j’ai mis un temps infini à lire ce petit roman … J’ai levé les yeux au ciel un nombre incalculable de fois ! J’ai trouvé ce livre égocentré et sans intérêt… L’humour et les jeux de mots d’une facilité … Je n’en pouvais plus de suivre l’auteur obnubilé qu’il est par les jolies filles et son propre nombril !Je pense que ce livre n’est absolument pas fait pour moi pourtant je trouvais le concept amusant et aurait pu donné lieu à quelque chose de vraiment bien … Déçue, déçue, déçue … Apparemment il était ami avec Desproges …. si seulement il avait pu lui arriver à la cheville ma lecture aurait été moins pénible.

Citations :

Exemple de l’humour de l’auteur … qui peut être et même sûrement plaira à d’autres .

« Plus modestement, j’en ai fait un (exposé) sur Robespierre, le prof d’histoire m’a reproché mon accent du Nord. J’avais pensé, la prochaine fois, prendre l’accent de Marseille. »

« Certaines m’ont cassé les couilles, Egoïne m’a vidé les bourses, aucune n’a trouvé d’or. »

« Petit, j’étais impressionné par les gens qui avaient des noms avec des rallonges. Maman avec une amie de classe qui s’appelait Marie-Laure de la Bonnerie. Je ne la connaissais pas mais j’imaginais qu’avec ce nom, elle ne pouvait qu’être bonne. »

« Elle a autour du cou une chaîne, devant mes yeux une croix en or se balance sur sa charmante poitrine. Je sens que je redeviens pieux. Je baiserais bien la croix. »

Trois jours en Automne de Pak Wan-Seo

Résumé :

Ce court roman de l’écrivaine Pak Wan-seo met en scène une gynécologue « accoucheuse d’anges » dans le Séoul des années 1980 à trois jours de prendre sa retraite. Pendant ces trois dernières longues journées d’automne, elle fait le bilan des trente années écoulées et attend désespérément que lui soit donnée une dernière chance de mettre au monde un enfant vivant. À travers ce portrait sans concession d’une femme face à son destin, c’est un tableau de la Corée contemporaine que dresse, non sans humour, Pak Wan-seo. Comme toujours chez ce grand auteur, derrière le masque grimaçant des personnages et de leur misère, se cache un profond humanisme qui donne une résonance universelle à ce très beau texte.

Avis :

« Court roman superbement écrit…. le point de vue de cette accoucheuse d’âme pourra choqué mais j’ai trouvé que c’était aussi une parole à entendre. Vraiment adoré ma lecture ! » https://www.livraddict.com/biblio/livre/trois-jours-en-automne.html?delete_message=1196691

J’ai vraiment beaucoup aimé lire les pensées de cette doctoresse, assez froide, avec des paroles plutôt dures sur la grossesse et les gens qui l’entoure; puis sa recherche désespérée de « rédemption » en voulant absolument accoucher la vie une dernière fois … véritable questionnement sur sa propre vie. A lire !

Citation :

« J’ai échafaudé ces pensées à rebours, sur les ruines de mes anciennes certitudes. »

« Je plaçais aussi une table d’examen qui permettait aux femmes de dévoiler leurs parties intimes comme si c’était leur visage. Avant de s’y être étendu, on pense que c’est tout simplement un appareil médical confortable conçu le plus scientifiquement possible. Après y avoir pris place, on comprend cependant combien c’est un instrument d’oppression déshonorant pour les femmes. Je grinçais des dents en me souvenant du sentiment d’humiliation gratuite que j’y avais ressenti. »

« Une femme vertueuse pourrait être choquée d’avoir son sexe comparé à celui d’une prostituée, mais je ne parle ici que de l’apparence. Le sens commun veut que le sexe d’une femme vertueuse est propre et que celui d’une prostituée est sale. Toutefois, un examen rapproché de leur intimité vous prouverait le contraire. Le sexe de certaines prostituées est aussi propre que le visage d’un idiot. D’un autre côté, plus une femme se croit vertueuse, moins elle est honteuse de la saleté de son sexe. Il y a peut être une analogie avec le fait que le salon où l’on reçoit les invités est la pièce la plus propre de la maison.« 

Saga fantastique #2 Les larmes rouges de Georgia Caldera

Il s’agit là d’un livre intégral qui regroupe les trois tomes de la saga qui se décompose normalement en :

Vous verrez mentionner un tome 1.2 aux éditions J’ai lu Darklight, apparemment ce n’est pas un tome Hors série mais cette maison d’édition aurait découpé le premier tome en 2 volumes de 350 pages environ chacun. Donc pour ceux qui ont le volume 1 dans une autre maison d’édition avec un tome entre 600 et 700 pages, ne vous inquiétez pas, inutile d’acheter celui-ci. 🙂

Il s’agit donc, selon Livraddict de ma seconde saga en cours dans l’univers Fantastique.

Résumé du tome 1 :

« Le temps n’est rien…
Il est des histoires qui traversent les siècles… »

Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité.
Peu à peu, elle perd pied…
Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect… Et pourquoi diable ce regard, à l’éclat sans pareil, la terrorise-t-il autant qu’il la subjugue ?!

Avis sur Livraddict :

« Pour moi lecture assez mitigée avec une note moyenne. De bonnes choses avec une belle ambiance gothique. Les vampires sont bien traités et pas trop guimauve. La trame principale ainsi que l’écriture sont agréables. Ce qui a gâché ma lecture c’est clairement l’héroïne, j’en ai un peu assez des tergiversations, des réactions absurdes et gamines… ce qui a sensiblement baissé ma note. »

Je tiens à souligner que les vampires sont vraiment bien gores et bien sadiques, ce qui est très plaisant. Bien sûr on a l’éternelle remise en question du : Boire ou ne pas boire telle est la question mais si vous cherchez des monstres sanguinaires vous serez servis… enfin si vous arrivez à occulter les sempiternelles tergiversations de l’ Héroïne !!

Résumé spoilant

Ophélie ressort d’une tentative de suicide avec d’atroces blessures aux poignets. Elle part avec son père dans la maison familiale afin de penser ses blessures tant psychologiques que physiques. Intriguée par son voisin qu’apparemment tout le monde déteste, elle part à la rencontre de ce châtelain qui se révèle être son sauveur.
De plus en plus harcelée par les voix qu’elle entend depuis longtemps, ses cauchemars qui la poursuivent prennent de plus en plus forme dans la réalité. Elle apprend que son sauveur est un vampire qu’elle connaît d’une vie antérieure qui la protégeait à l’époque du Maître Vampire Avoriel à qui elle est destinée. En effet, Ophélie est la réincarnation d’une hybride vampire – humaine qui seule peut tuer et libérer les vampires en dehors du Maître. Henri a le pouvoir de la faire disparaitre des radars de son poursuivant. S’en suit maints rebondissements et Ophélie recouvre peu à peu la mémoire, notamment sur son premier amour Maxime et les sentiments non partagés qu’Henry éprouvait à son égard. Elle découvre que Maxime a eu une terrible fin sous les mains d’Avoriel.
Elle prend peu à peu conscience de son pouvoir qui la fait se transformer en vampire maniant une sorte de feu divin capable de réduire en cendre n’importe quel membre de l’espèce à dents longues 🙂 Ils doivent finalement partir du manoir afin de purger Londres des vampires réduits à l’état de bêtes sanguinaires par Daniel un des premiers nés d’Avoriel , d’un rang inférieur à Henry dans la hiérarchie vampire . Le tome se finit donc sur la destruction d’Avoriel, Ophélie qui assume ses sentiments vis à vis d’Henry et leur départ pour Reddening House.

La Passe-Miroir

Tome 1 : Les Fiancés de l’Hiver

Résumé :

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Avis :

Saga Jeunesse Fantasy qui a remporté un large succès mérité. Ce roman a pour moi un mérite indubitable : son univers. L’auteure a une imagination débordante et le monde dans lequel elle nous emmène est riche en image. Elle joue avec les illusions et nous offre une magnifique ballade dans ces Arches post-apocalyptiques. Les intrigues sont foisonnantes et notre héroïne en voit vraiment de toutes les couleurs !

La plume est belle mais… j’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans ce livre . Comme certains critiques lues, les 100 – 150 j’ai failli laisser tomber ma lecture tellement je trouvais les stéréotypes poussés à l’extrème pour les personnages : L’homme désagréable, taciturne mais qui se révèlera un appui pour l’héroïne frêle, fragile et tellement maladroite mais dont le courage et l’intelligence sauront défaire tous les obstacles… Je ne saurais dire dans combien de romans nous subissons cette même entame de personnage …. Fort heureusement la richesse de l’univers et les rebondissements dans le récit font passer la pilule 🙂 D’autant qu’il s’agit d’un roman jeunesse, et l’auteure ne tombe pas dans tous les clichés.

Un réflexion sur la condition féminine intéressante et un riche potentiel de développement de l’univers en fond un roman vraiment intéressant.

Je valide les sections 4 : référence à un musée du défi 2020 et « Maman a tort » du Lost in time challenge.

Résumé spoilant

Ophélie, jeune « liseuse » de l’Arche d’Anima se voit contrainte d’épouser Thorn de l’Arche du Nord et quitter sa famille, son monde, son métier selon les désirs des doyennes et des Esprits de famille, notamment Farouk sur l’Arche de Thorn.

D’entrée Ophélie doit se cacher , se déguiser, se taire et subir mille et unes humiliations et mauvais traitements afin de taire son arrivée et contrecarrer ainsi les risques d’assassinats sur sa personne. En effet Thorn, intendant de Farouk, et bâtard du clan des Dragons (sa mère est issue d’un autre clan ) est détesté par le monde entier et surtout par son clan qui le rejette. Bérénilde, sa tante qui lui a assuré protection et avancement est enceinte de Farouk et sa favorite, elle manoeuvre pour faire d’Ophélie sa pupille . Elles se réfugient (Bérénilde, Ophélie et sa tante Roseline) au Clairedelune, la maison d’Archibald l’ambassadeur dont le clan est relié par une toile invisible (chacun voit et entend tout ce que les autres membres voient et entendent) il manigance et déshonore toutes les femmes de l’Arche. Déguisée sous les traits d’un page du nom de Mime, muet, elle sera accusée de tentative d’assassinat sur la personne de la mère Hildegarde qui la disculpera. Entourée de ses nouveaux amis Renard, le valet et Gaëlle, la dernière Nihiliste (elle peut annuler toutes les illusions du clan des Mirages par un regard) elle sauvera Bérénilde et Roseline des complots du jeune Chevalier.
Après le massacre de tout le clan des Dragons au cours de la Grande Chasse annuelle, Bérénilde et Thorn sont obligés d’annoncer la présence d’Ophélie au sein de l’Arche et l’amener à Farouk afin qu’elle y accomplisse sa destinée…

Dragon Rouge de Thomas Harris

Résumé :

À un mois d’intervalle, deux familles entières sont massacrées à leur domicile, l’une à Birmingham, l’autre à Atlanta. Jack Crawford, chef du département des Sciences du comportement du FBI, charge Will Graham de trouver celui que la presse a baptisé « le Dragon rouge ». Par le passé, Graham a montré une aptitude incroyable à se mettre dans la peau d’un psychopathe en arrêtant le Dr. Hannibal Lecter, un assassin bestial. Il consulte donc Lecter, désormais emprisonné à vie, pour comprendre et analyser les comportements du tueur. Il constate qu’il a sévi la première fois un soir de pleine lune, et la seconde un jour avant la fin du mois lunaire. Le FBI a donc un peu plus de trois semaines pour mettre fin à ce carnage.

Dans ce premier roman, Harris met en place les protagonistes que l’on retrouve dans Le Silence des agneaux, puis dans Hannibal.

Avis :

Premier tome de la saga concernant le fameux tueur en série Hannibal lecteur qui a donné lieu à de nombreux films ainsi qu’une série qui va traiter justement de la relation de Will Graham que l’on suit dans ce roman et du tueur « La mâchoire » qui se fera ensuite appelé « Dragon Rouge ».

Lien vers la série sur Allociné : http://www.allocine.fr/series/ficheserie_gen_cserie=10545.html

Je la regarderai après avoir lu toute la saga qui se compose de 4 tomes.

J’ai mis énormément de temps à lire ce livre. J’ai trouvé le rythme assez inégal. Je n’arrivais à lire que deux, trois pages à chaque fois… La deuxième moitié s’est lue bien plus vite. Quand on contextualise ce livre, il ne manque pas d’intérêt ! Le sujet du tueur en série est traité de manière très intéressante, et bien glauque. Je ne suis pas sûre que beaucoup de roman avait, avant lui aborder cet aspect des tueurs en série. Par contre pour les adeptes d’Hannibal Lecter, désolée mais vous serez déçus… il n’apparait que très très peu ! La fin a été à la fois surprenante et également un peu précipitée à mon goût.. En bref, une lecture plutôt mitigée. J’attends de voir les prochains tomes qui m’attendent bien sagement dans ma bibliothèque.

Validation la section 80 pour le défi : résumé contenant un nom de ville et « Lady Violet » pour le Lost In Time challenge.

Les portes du secret Trilogie : Le poison écarlate Tome 1 de Maria V. Snyder

Résumé :

« Si tu veux continuer à vivre, Elena, il te faudra avaler une dose quotidienne de cet antidote… »
Enfermée dans les cachots du château d’Ixia et condamnée à mort pour le meurtre de l’homme qui l’a violée, Elena croit sa dernière heure venue. Mais c’est un étrange marché que lui propose Valek, le chef de la sécurité d’Ixia, qui vient de l’arracher à sa geôle : elle sera exécutée le jour même, ou deviendra goûteur du Commandant Ambroise, et risquera la mort à chaque plat qu’elle goûtera. Pour être certain qu’elle ne s’enfuie pas, Valek fait avaler à Elena une dose mortelle de Poussière de Papillon. Afin de rester en vie, Elena devra chaque jour prendre l’antidote dont seul Valek connaît la formule…
Alors qu’autour d’elle complots et trahisons se multiplient, Elena reçoit l’aide de la mystérieuse Irys, qui lui révèle ses pouvoirs de magicienne.
Des pouvoirs qui, tenus cachés, pourraient lui permettre de s’échapper d’Ixia, mais aussi de se soustraire à Valek, cet homme au charme vénéneux, et à la menace du poison écarlate…

Avis :

Et bien quelle agréable surprise ! Malgré la parution aux éditions Harlequin, que je fuie en général, cet ouvrage n’a rien d’une romance … Désolée vous n’y trouverez aucune scène d’érotisme et la romance doit tenir sur une page 🙂 En bref l’intérêt de ce livre réside vraiment dans l’univers fouillé, les personnages intéressants et surtout des rebondissements à n’en plus finir ! Dévoré en 24h alors que j’y allais à tâtons après une recommandation Youtube faisant référence à cette édition Luna Harlequin qui s’oriente plus vers de la fantasy que de la Romance Rose Bonbon ! Cette saga est composée de Trois tomes et je vais la continuer très prochainement.

Ah et j’oubliais … mais vous y trouverez une critique de la société, coup d’Etat, Communisme sous-jacent et même la problématique du transgenre !!!!

Je valide la section 64 : personnage ayant le même prénom que moi puisque Elena est une variante de Lena du défi 2020 et la section « mes chers compatriotes » du Lost in Time challenge.

Résumé Spoilant :

Elena est condamnée à mort et attend la potence après avoir subi moults tortures. Cependant, coup de chance ou pas, le goûteur du Commandant vient tout juste de mourir. Elle est donc affectée à son service pour prendre la relève sous les ordres du bras droit Valeck. Ce Commandant a pris le pouvoir au cours des années précédentes et essaie d’instaurer une politique juste par rapport à la Monarchie dévoyée qui prospérait avant. La Magie a été bannie parce qu’elle ne servait que les intérêts particuliers de l’élite. Nouveau régime instauré dans la violence qui se veut équitable mais aussi dur. Elena mène sa barque et de part son intelligence elle arrive à survivre dans un monde où visiblement elle dérange. Elle est trahie par beaucoup, notamment Rand, le cuisinier de la commanderie qui mourra afin de la sauver et racheter ses pêchers.Avec Jango, Ari , deux inséparables combattants, Valek et Irys, magicienne venant du Sud, ils arrivent à démonter le coup monté contre le Commandant fomenté par le magicien Mogkan avec l’aide du Seigneur Razell dont Elena a tué le fils unique Reyad .

Elle aide le Commandant à recouvrer ses esprits après avoir été lobotomisé par la magie de Mogkan et elle garde le secret sur sa véritable identité sexuelle.

On apprend qu’Elena est issu d’une famille de magicien les Zaltana et elle part vers le Sud en compagnie de ce qu’il reste des orphelins enlevés par Razell . Elle doit poursuivre une formation afin de contrôler sa puissante magie en laissant Valek et ses amis derrière elle.

Dora Bruder de Patrick Modiano

Résumé :

« J’ignorerai toujours à quoi elle passait ses journées, où elle se cachait, en compagnie de qui elle se trouvait pendant les mois d’hiver de sa première fugue et au cours des quelques semaines de printemps où elle s’est échappée à nouveau. C’est là son secret. Un pauvre et précieux secret que les bourreaux, les ordonnances, les autorités dites d’occupation, le Dépôt, les casernes, les camps, l’Histoire, le temps – tout ce qui vous souille et vous détruit – n’auront pas pu lui voler. »

Avis :

Mmmmm alors je viens de finir ce livre de notre Prix Nobel de Littérature 2014, Patrick Modiano. Et j’ai compris pourquoi on dit qu’il écrit pour les parisiens… Ne vous attendez pas à des descriptions . Patrick Modiano est Parisien et il vous fera un inventaire exhaustif des lieux, habitations, commerces etc de notre Chère Paris 🙂 Cela en déconcertera certains, cela en perdra d’autres, ou encore les captivera…

Personnellement j’avoue que ces longs itinéraires au travers de Paris, je les ai lus en diagonale. Mon intérêt pour cet ouvrage s’est vraiment porté sur la question de l’histoire des juifs migrants en France au début du siècle et la manière dont les choses ont évoluées jusqu’à la seconde guerre mondiale. J’ai été touchée par certaines bribes de lettres retrouvées de déporté. J’ai aimé en apprendre plus … mais l’écriture m’a tout de même tenu à l’écart. Pour avoir lu Shoah et Si c’était un homme, je peux dire que je n’ai pas été autant bouleversée. Les parallèles faits entre Paris d’antan et Paris de maintenant souligne le manque de ces personnes souvent anonymes qui ont foulé les pavés avant d’être réduit à néant par le régime.

« D’autres, comme lui, juste avant ma naissance, avaient épuisé toutes les peines pour nous permettre de n’éprouver que de petits chagrins »

Quant à la vie passionnante de Modiano, je vous laisse le lien vers sa bio sur Wikipédia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Modiano

PS : Je valide la catégorie 94 du Défi 2020 : livre d’un auteur ayant reçu le Prix Nobel de Littérature, et la catégorie : livre qui traite de la guerre pour le Lost in Time Challenge.