Les Nocturnes de Tess Corsac

Résumé :


125 Rouges. 125 Verts. 250 amnésiques. Et combien de Nocturnes ?

Nous avons cherché par tous les moyens à découvrir pourquoi nous étions enfermés ici. Si seulement nous avions su… Aurions-nous quand même été jusqu’au bout ?

Un nom, un bloc, une couleur d’uniforme : Rouge ou Vert. Ce sont les seules informations dont disposent les deux-cent-cinquante pensionnaires de la Croix d’If, entrés dans l’institut sans le moindre souvenir et sans opportunité de sortir.
Natt Käfig est un Rouge du bloc 3A. Il est le dernier à avoir vu Laura, une Verte, avant sa mystérieuse disparition. Il se fait approcher par un groupe d’élèves… Qui sont ces  » Nocturnes  » qui ont besoin de son aide et qui pensent que Laura avait découvert les raisons de leur présence dans l’institut ? Rouges et Verts vont devoir collaborer pour percer le secret de la Croix d’If et échapper à l’administration. Y parviendront-ils en apprenant qu’ils sont prisonniers pour des motifs différents ?

Livre découvert suite au coup de coeur de Bluemoon ( http://redbluemoon.unblog.fr/2020/02/11/les-nocturnes-de-tess-corsac-plib2020/ ).

Avis :

Déjà pour commencer l’objet livre est très beau avec des fins de chapitre travaillées. J’ai dévoré ce livre en une nuit c’est dire s’il se lit vite et bien !

L’intrigue se pose rapidement et on en vient assez vite à s’intéresser aux aventures de Natt Käfig. Les thèmes abordés, tels que la mémoire (prépondérante) ainsi que le pardon, l’oubli, les conséquences de nos actes plus ou moins indirectes, le mensonge … le sont de manière intéressante et poussant à la réflexion. Franchement rien à redire ! Vraiment très intéressante lecture, seul bémol pour ma part : l’impression de lire un livre plutôt orienté Young Adult dans le sens où les choses auraient pu être tellement plus creusées et noires. On se doute de qui sera en danger et qui s’en sortira et une fin qui, je dirais, aurait pu être davantage dramatique.

En fait les problématiques de cet ouvrage sont tellement intéressantes que j’ai un goût d’inachevé…. de trop peu !

En faisant quelques recherches sur l’autrice, je comprends mieux. Il s’agit d’une jeune étudiante et de son second roman. Je trouve que c’est très très prometteur et je suis ravie d’avoir contribué, avec cet achat, à encourager son talent 🙂

Et je valide la section 86. Personnage avec un problème de mémoire du défi 2020 ainsi que la section Elementaire mon cher Watson, livre qui a un mystère du Lost In Time Challenge 🙂

La fileuse d’argent de Naomi Novik

Résumé :
Petite-fille et fille de prêteur, Miryem ne peut que constater l’échec de son père. Généreux avec ses clients mais réticent à leur réclamer son dû, il a dilapidé la dot de sa femme et mis la famille au bord de la faillite… jusqu’à ce que Miryem reprenne les choses en main. Endurcissant son coeur, elle parvient à récupérer leur capital et acquiert rapidement la réputation de pouvoir transformer l’argent en or. Mais, lorsque son talent attire l’attention du roi des Staryk – un peuple redoutable voisin de leur village -, le destin de la jeune femme bascule. Obligée de relever les défis du roi, elle découvre bientôt un secret qui pourrait tous les mettre en péril…
Titre original : Spinning Silver (2018)

Avis :
Attention COUP DE COEUR !!
J’ai donné la note de 20/20 à ce livre que j’ai adoré !
Les contes ont bercé mon enfance et ce livre est un magnifique hommage à ce monde ! Vous y retrouverez des références à nombre d’entre eux, revisités avec subtilité. Ce livre est merveilleusement écrit, je m’arrêtais par moment pour relire avec plaisir certains passages. On y trouve des femmes fortes, intelligentes, qui vont lutter contre leur condition. Et … Que cela fait du bien… elles ne sont pas décrites comme belles … C’est un miracle de faire des héroïnes qui ne soient pas parfaites mais qui de part leur intelligence et leur volonté vont soulever des montagnes. Chaque personnage est profond … C’est également un bel hommage au judaïsme…
Les chapitres se succèderont en suivant chacun leur tour plutôt l’un(e) ou l’autre des personnages principaux et le début peut sembler dur parce que ce monde est loin d’être rose et facile. Mais laissez vous porter et vous ne serez pas déçu !!!
J’ai déjà prévu de le relire en version originale et je rêve du moment où ma dernière puce sera suffisamment grande que je puisse lui raconter les aventures de Miryem, Irina et Wanda.

Avec lui je valide la catégorie 38. Coup de coeur pour le défi 2020 et la catégorie : livre où il y a un château dans le Lost In Time Challenge.

Citations :

« Il se serait contenté de hausser les épaules et de me lancer son regard plein d’espoir, l’espoir d’une magie qui n’apparaissait qu’à l’instant où l’on arrivait à remplir le costume trop grand que l’on s’était dessiné par trop de mots et de promesses. »

« J’ai pris un air de conspiratrice.  » Ma mère était assez magicienne pour m’octroyer trois dons », ai-je dit, et il s’est instinctivement penché pour m’écouter. « Le premier était la sagesse ; le deuxième, la beauté ; et le troisième… que ces talents passent inaperçus aux yeux des imbéciles. »

« Il a seulement dit, comme s’il était très surpris :  » Madame, je ne pensais pas que vous puissiez répliquer, lorsque je vous ai emmenée de chez vous sans votre permission, et je n’ai accordé de valeur qu’à votre don. Pourtant vous l’avez fait.Vous m’avez donné une juste contrepartie pour cette insulte par trois fois proférée, et vous avez fondé votre valeur : plus haute que ma vie, que mon royaume et que tous ceux qui y vivent, et bien que vous ayez voué tous les miens aux flammes, je ne peux me prévaloir d’aucune dette. Justice est faite. »

Madame Pylinska et le secret de Chopin D’Eric-Emmanuel Schmitt

Résumé :
Madame Pylinska, aussi accueillante qu’un buisson de ronces, impose une méthode excentrique pour jouer du piano : se coucher sous l’instrument, faire des ronds dans l’eau, observer le vent, écouter le silence, faire lentement l’amour… Au fil de ses cours, le jeune Éric-Emmanuel apprend bien plus que la musique, il apprend la vie.
L’œuvre de Chopin donne-t-elle un sens à l’existence ? Aidera-t-elle le narrateur à comprendre son chemin, et saisir le secret bouleversant d’une personne aimée ?

Avis :
Je connaissais déjà M. Schmitt au travers de trois ouvrages, mon cher et tendre a choisi dans mon défi lecture une catégorie et étant lui-même pianiste de profession, son choix s’est tout naturellement porté sur ce livre.
« Livre touchant mais je ne suis pas suffisamment musicienne pour en avoir pu apprécier pleinement le propos. Bien que la plume soit bonne, le discours de Mme Pylinska ne m’a pas transporté… Certains passages m’ont tout de même embués les yeux .. le reste du temps je me suis laissée bercer par le piano de la version audio et … hélas un peu ennuyée… »
( mon avis sur Livraddict : https://www.livraddict.com/biblio/livre/madame-pylinska-et-le-secret-de-chopin.html )

Ce livre validera tout de même la catégorie 50 de mon défi, un instrument de musique sur la couverture.

La maison du chat-qui-pelote d’Honoré de Balzac

Résumé :
La Maison du Chat-qui-pelote, c’est d’abord une enseigne de boutique redoublée d’un tableau :  » Une formidable pièce de bois, horizontalement appuyée sur quatre piliers qui paraissaient courbés par le poids de cette maison décrépite, avait été rechampie d’autant de couches de diverses peintures que la joue d’une vieille duchesse en a reçu de rouge. Au milieu de cette large poutre mignardement sculptée se trouvait un antique tableau représentant un chat qui pelotait.  » Mais cette nouvelle, écrite en 1829 et plus tard placée par Balzac en ouverture de La Comédie humaine, est elle aussi un tableau vrai, tableau du Paris commerçant – le Marais et la rue Saint-Denis – que l’écrivain prend plaisir à peindre. Un tableau de moeurs, également, et son premier titre, Gloire et Malheur, laissait plus directement deviner que s’y jouait le destin d’une femme :  » Les humbles et modestes fleurs, écloses dans les vallées, meurent peut-être quand elles sont transplantées trop près des cieux, aux régions où se forment les orages, où le soleil est brûlant. « 
Source : https://www.livraddict.com/biblio/livre/la-maison-du-chat-qui-pelote.html

Avis :
Je suis la chaine Youtube de Madame Irma
https://www.youtube.com/channel/UCno9jVZtVlOp6nvsaeQelNw
qui est une fidèle lectrice de Balzac . Le mois précédent, elle a décidé de lancer le défi de lire au moins un livre de cet auteur au mois de Mai … sachant que j’ai lu, de lui, quelques ouvrages au lycée … et que je l’ai cordialement détesté … Et oui je suis de la team Zola !
Mais comme il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis, j’ai décidé de tenter l’aventure en commençant par ce livre. Et …. il ne m’a pas réconcilié avec Balzac … Alors ce ne fut pas aussi atroce que dans mon souvenir , loin de là … mais le style … j’ai vraiment du mal !
Les phrases sont lourdes, je ne comprends pas pourquoi Zola est aussi agréable à lire alors que Balzac me rebute autant. Les pages de descriptions au début mises à part,et la fin que j’ai trouvée bâclée, l’histoire d’Amandine et de son peintre adoré était plutôt agréable et on a une belle description de la société de l’époque.
Ahhhhh j’oubliais, ce livre me permet de valider une section dans mon défi 2020 , la 66. Il fallait lire un livre d’un auteur parmi 6 mentionnés et une catégorie pour le Lost in Time Challenge : une relique de ma PAL !

Point lecture #4 Archibald Skye tome 1

Y-a-t-il pénurie de chamallows à San Francisco ?

Alors roman auto édité que j’ai emprunté via amazon… Pourquoi me suis-je plongée dedans ? Parce qu’il avait plus de 8 mots dans le titre pour mon challenge et que les avis étaient plutôt bons 🙂

Résumé :
Archie, de son vrai prénom Archibald, parce que ses parents avaient décidé d’être idiots le jour de sa naissance et de lui filer un prénom de garçon, est garde du corps. La plupart du temps, elle s’occupe du zoo du coin, donc elle est plutôt agent de sécurité, ce qui est déjà une sacrée chance car devinez quoi ? Elle n’a pas de pouvoirs. Rien. Nada. Le vide interdimensionnel. Tout ça dans un monde où les pouvoirs, ça pullule dans tous les sens. TOUT LE MONDE a un pouvoir, vous voyez le tableau ? Tout le monde, sauf elle.
Mais voilà qu’elle se retrouve à assurer la sécurité de Shawn Claw, LE chanteur ultra populaire du moment, celui que tout le monde veut épouser, surtout Esteban, le meilleur ami d’Archie, qui fantasme totalement sur la star.
Évidemment, ça ne se passe pas bien.
Évidemment, elle s’en tire in extremis.
Évidemment, elle ne compte pas en rester là.
Archie prévoit une apocalypse dans 5,4,3, .

Bon alors, que dire … j’ai passé un moment agréable à le lire mais je ne l’ai pas dévoré. J’ai aimé le côté décalé mais ce qui m’a empêché de vraiment apprécié l’histoire sont sûrement les excès de l’auteure. Personnages stéréotypés avec en premier lieu une Archibald qui passe son temps à râler, grogner, bouder, faire les yeux noirs, vouloir tuer etc etc etc… ça n’arrête pas … sous couvert d’être d’humeur taciturne c’est sans arrêt … le nombre de répétition à force de vouloir tuer tout le monde sans arrêt … c’est lassant au possible !!! Et puis son crush est juste le type absolument parfait mais pris .. du coup je me la joue je le déteste parce qu’il me fait craquer … c’est … du réchauffé !

Pourtant il y avait du bon de base dans ce roman, des personnages stéréotypés certes mais attachant… une base d’intrigue qui peut se développer en quelque chose de plus profond … un certain rythme dans l’aventure .. bref des points qui font que malgré les défauts ça se lit ! D’autant que je préfère prévenir mais là fin du roman n’en est pas une … ça s’arrête en plein milieu d’un moment critique ! Donc impossible de ne pas lire le deuxième si vous voulez la fin de l’action et j’avoue ne pas aimer du tout le procédé ! Après c’est de l’auto-édition et on fait ce que l’on peut j’imagine pour accrocher les lecteurs. Je lirai cependant le deuxième tome pour voir si l’auteur améliore les choses …

Résumé spoilant :

Archibald est agent de sécurité et est à la limite de la schizophrénie selon son meilleur ami qui a donné des noms aux différents aspects de sa personnalité. Nous avons donc Numéro 1 qui est l’Archie guimauve et gnangnan (vous ne la verrez pas dans ce tome), Numéro 2 , celle qui déteste tout le monde (omniprésente), Numéro 3 , wikipédia ambulant et Numéro 4, apparemment avec cette Archie c’est la fin du monde (on ne la croise que succinctement à la fin du roman). Son meilleur ami Esteban est gay et a le pouvoir d’ouvrir toutes les portes . Craig est son patron dans la boite de sécurité où Archie travaille . Adam est le frère disparu depuis deux ans sur lequel elle enquête !

Elle se voit confier la garde rapprochée d’une star : Shawn. Dès le premier soir elle le sauve d’une attaque lors d’un de ses concerts et se frotte à un homme d’acier. Ils vont se voir confier la mission gouvernementale d’infiltrer la Stolka, une des deux religions, soupçonnée d’être à l’origine de l’attentat contre Shawn. De fil en aiguille, ils vont apprendre que le frère d’Archie a été déclaré mort mais qu’en fait il sert de réservoir à clone dans le laboratoire sous le temple de la Stolka. Celle-ci, créée donc des clones et leur affecte des pouvoirs spécifiques qui peuvent même permuter avec d’autres à l’aide d’une montre. Ils s’infiltrent tous dans le labo avec un des clones d’Adam, Cassio qui est aussi celui qui a tué la nièce de Shawn . Pris en chasse par la sécurité de la secte , ils se retrouvent encerclés et Numéro 4 fait son apparition !

Suite au prochain tome !

Point lecture #3 Des souris et des Hommes

Je viens d’achever mon premier roman de John Steinbeck alors que j’ai plusieurs de ses œuvres dans ma PAL mais l’auteur me faisait un peu peur malgré les retours dithyrambique le concernant.

J’ai « lu » Des Souris et des Hommes » en livre audio sur les recommandations de la chaîne Camille Néel :
https://youtu.be/9Te8y1MOnbY.

Dès que j’ai vu sa vidéo j’ai récupéré l’audio et je l’ai écouté d’une traite. Ce livre audio est donc en plusieurs voix avec des acteurs reconnus tels que Lorant Deutsch, Bernard-Pierre Donnadieu, Jacques Gamblin, Jean -Yves Berteloot, Nathalie Bienaimé et Loïc Houdré.

J’ai adoré ce format !!! et l’histoire … tellement touchante ….

Je l’avais déjà dans ma bibliothèque sous ce format mais je ne regrette absolument pas de l’avoir écouté de cette manière. Je relirai sûrement ce livre qui est écrit quasiment sous la forme d’une pièce de théâtre. D’ailleurs au moment de sa sortie, il connut un tel succès qu’il fut jouer au théâtre dans l’année qui suivit sa parution.

« En Californie, pendant la Grande Crise, Lennie et George vont de fermes en fermes. Ils louent leurs bras en attendant le jour où ils auront leur ferme à eux, avec un petit bout de luzerne pour élever des lapins. Lennie, malgré sa taille de colosse, n’a pas plus de malice qu’un enfant de six ans ; George veille sur lui, le protège du monde qui n’est pas tendre aux innocents. Le soir, ils se racontent leur rêve, celui de la maison et des lapins. Mais allez savoir pourquoi, les rêves de certains finissent toujours en cauchemars. »

Ce livre traite de la différence, de l’amitié, de la condition de ces ouvriers temporaires, de l’âge, de la femme, de la solitude … et bien d’autres choses encore avec une écriture simple mais belle …

Et avec ce roman je valide une catégorie dans chacun de mes challenges : Un livre qui traite de la différence et un livre dont l’intrigue se déroule dans un pays où nous ne sommes jamais allés !

Résumé spoilant

L’histoire se déroule au début des années 1930. George Milton, un homme plutôt petit et Lennie Small, grand colosse un peu bêta, sont deux amis d’enfance. Ils errent sur les routes de Californie en travaillant comme saisonniers dans des ranchs. George et Lennie partagent un rêve : posséder un jour une petite exploitation, pour y vivre comme des rentiers, y élever des lapins et être libres. Lennie nourrit une passion à caresser les choses douces, comme les petits animaux à fourrure (souris, lapins…).

Malgré l’intelligence et la débrouillardise de George, lui et Lennie se font souvent chasser de leur lieu de travail à cause de la stupidité de Lennie. Celui-ci ne contrôlant ni sa force ni sa passion pour les choses douces, fait régulièrement des « bêtises ». Il tue par accident les petits animaux qu’on lui confie, et lorsqu’il panique, il lui arrive de blesser des gens sans le vouloir.

Ils parviennent à un nouveau ranch dans lequel Curley, fils du patron, semble bien décidé à faire des histoires à Lennie — tout comme la femme de Curley, qui se plaît à aguicher l’ensemble des saisonniers. Lorsque son dévolu se pose sur Lennie, ce qui pour elle n’était qu’un jeu innocent tourne au drame. Effrayé par les cris de protestation de la femme lorsqu’il la décoiffe pour lui toucher les cheveux, Lennie la secoue et lui brise la nuque.

Obéissant aux instructions de George en cas d’embêtements, Lennie se réfugie dans les fourrés et se cache. George le rejoint bientôt, armé du revolver qu’il a volé à un autre employé. De peur que Lennie ne soit lynché par Curley et ses hommes, ou pire encore, qu’il soit envoyé à l’asile, il raconte une dernière fois à Lennie le rêve du lopin de terre et des lapins, puis il l’abat, préférant le voir mourir le sourire aux lèvres plutôt que vivre dans la souffrance.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Des_souris_et_des_hommes

Point Lecture #2 Red Rising

Ce livre me permet de valider une catégorie dans chacun de mes deux challenges à savoir Livre avec une couverture comportant des ailes et livre traitant de l’avancée scientifique (je pousse un peu mais vu que c’est de la Science Fiction et qu’il est question de terraformation et d’avancées technologiques très poussées par rapport à notre époque je me suis dit que .. hein .. pourquoi pas 🙂 ) !

Il s’agit de Red Rising de Pierce Brown.

J’ai commencé ce livresur les recommandations de ma fille qui l’a lu il y a quelques années de cela, suite à ma difficulté à me plonger complètement dans un livre ces derniers jours. Et quelle bonne recommandation !

Résumé sans spoil :
« J’aurais pu vivre en paix. Mes ennemis m’ont jeté dans la guerre. »
Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir.
Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature.
Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé.

Avis :
« Très bonne lecture, immersive et captivante ! Ce livre a réussi à me faire pleurer deux fois en 60 pages alors que je me doutais des évènements à venir … Je ne suis pas une habituée des dystopies donc les ressemblances avec d’autres romans ne sont pas venues interférer dans mon plaisir de lecture ! Je le recommande chaudement … »

Le style de l’auteur est simple et efficace, la trame bien qu’assez classique dans le genre bien ficelée. J’ai tout de suite été émue parce qui arrive à Darrow quand bien même cela ait été très prévisible. Par contre je ne m’attendais pas à un roman aussi noir pour de la jeunesse et j’avoue chercher encore le côté jeunesse dans cette oeuvre !! Ce doit être parce qu’il n’y a pas de scène de sexe ! Parce que croyez moi côté violence vous allez être servis 🙂

Citation :

« Il n’est qu’un petit chef parmi les autres. Un tyran mesquin. Un esclave de ses caprices. Il n’est maître de rien sauf de son égoïsme. Il est la Société – un monstre dégoulinant de décadence, qui ne voit même pas sa propre hypocrisie. »

Résumé Spoilant :

Darrow est un rouge de Lykos sur la planète Mars. La société est divisée en différentes couleurs qui occupent des fonctions très spécifiques. Les rouges étant de la plus basse extraction et vivent pour la plupart sous terre à extraire l’Helium 3 afin d’aider à la terraformation de Mars. Il va perdre Eo, sa femme qui voulait éveiller la conscience révolutionnaire de Darrow et de bien d’autres. En effet, les Rouges sont tenus en esclavage. l’organe gouvernemental leur fait croire que Mars n’est pas habitable et qu’ils se sacrifient pour l’avenir de l’humanité, ce qui est faux puisque les hommes ont colonisé Mars et bien d’autres systèmes depuis des siècles. Il sera récupérer par les fils d’Arès la branche « terroriste » révolutionnaire qui œuvrent contre les Ors qui détiennent le pouvoir. Danseur, aidé d’Harmonie et Matthéo vont faire de lui un Or afin qu’il intègre l’Institut qui forme les Sans Egaux, la fine fleur de l’Elite. Après avoir été sélectionné, il subit le Passage où il doit commettre son premier meurtre : le frère de Cassius Bellona, Lucian.

Ils sont répartis par Maison et Darrow est affecté à Mars avec Cassius, Antonia, Roque, Servo, Quinn, Léa, Titus et bien d’autres. Chaque maison a un territoire, un étendard et durant l’année à venir, le but est de conquérir toutes les autres maisons. Darrow et Cassius doivent quitter leur château et Titus prend le pouvoir avec Antonia . Il se comporte en despote , viol, tue et mutile les membres des autres maisons. Darrow est rejoint par d’autres membres et le jour où ils arrivent à reconquérir le pouvoir de la Maison Mars, les Proctors ( Maître de chaque maison qui vivent sur L’olympe sorte de Palais flottant d’où ils surveillent le jeu) complotent contre Darrow et révèlent à Cassius que Darrow a tué son frère lors du Passage. Darrow est laissé pour mort par Cassius …
Il est sauvé par Mustang de la Maison Minerve et des liens vont se tisser entre eux qui vont les mener à conquérir les maisons les unes après les autres avec le soutien des bannis des autres maisons qu’il rassembleront sous leur bannière « la sangLame ». Servo (fils du Proctor de la maison Mars Fichtner) sont plus fidèle ami avec ses Hurleurs sont d’un soutien inestimables. Ils sont les seuls à se dresser contre Le Chacal qui se révèlera être le frère jumeau de Mustang, fille du Haut Gouverneur et ennemi juré de la famille Bellona.
Le Haut gouverneur manipule le jeu pour faire gagner son fils, Darrow et son armée sont donc obligés de prendre possession de l’Olympe après avoir tué le Proctor d’Apollon et l’enlèvement de Mustang.

Darrow gagne le jeu avec son armée en jouant sur la loyauté et non l’asservissement…. Il est recruté par le Haut Gouverneur dont la maison s’affaiblit et il peut ainsi rejoindre le sein de son ennemi juré afin de le détruire de l’intérieur.

Bon j’ai essayé d’être assez exhaustive dans mon résumé afin de pouvoir m’y référer au moment de ma lecture du deuxième tome !

Saga classique #1 Les Rougon-Macquart

Alors là on entre dans ma passion !!! Emile Zola et les Rougon-Macquart ! J’ai découvert cet auteur alors que j’étais encore lycéenne… le fait d’avoir lu Germinal sans y être obligée, a sûrement joué dans mon plaisir à découvrir Zola.

Le titre générique Les Rougon-Macquart regroupe un ensemble de 20 romans écrits par Émile Zola entre 1870 et 1893. Il porte comme sous-titre Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, rappelant ainsi les ambitions de Zola : Les Rougon-Macquart personnifieront l’époque, l’Empire lui-même. Inspiré de La Comédie humaine de Balzac, l’ouvrage a notamment pour but d’étudier l’influence du milieu sur l’Homme et les tares héréditaires d’une famille, originaire de Plassans, sur cinq générations depuis l’ancêtre, Adélaïde Fouque (née en 1768), jusqu’à un enfant à naître, fruit de la liaison incestueuse entre Pascal Rougon et sa nièce Clotilde (1874). Il veut aussi dépeindre la société du Second Empire de la façon la plus exhaustive possible, en n’oubliant aucune des composantes de cette société et en faisant une large place aux grandes transformations qui se produisent à cette époque (urbanisme parisien, grands magasins, développement du chemin de fer, apparition du syndicalisme moderne, etc.). Cet ensemble de romans marque le triomphe du mouvement littéraire appelé naturalisme, dont Zola est, avec Edmond et Jules de Goncourt, puis Guy de Maupassant, le principal représentant. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Rougon-Macquart

Zola est un auteur magnifique dont j’ai déjà lu quelques romans mais dans le désordre or j’ai décidé l’année dernière de lire toute la série, j’en suis au quatrième tome. Ses descriptions ne sont jamais ennuyeuses et ses personnages riches et passionnants ! C’est un plaisir de suivre les différents membres de cette famille et d’en voir les évolutions.

Résumé tome 1 La fortune des Rougon :
Le cadre est une petite ville appelée Plassans, qui correspond à Aix-en-Provence, où Zola a passé son enfance et une partie de sa jeunesse, et à Lorgues, dans le Var, où se sont déroulés en décembre 1851 les événements insurrectionnels décrits dans le roman. L’ouvrage a un triple intérêt :

  • comme Zola le décrit dans sa préface, c’est le roman des origines. Il marque le début de la généalogie des Rougon-Macquart, qui commence avec Adélaïde Fouque, dite Tante Dide, née en 1768. Elle épouse un certain Rougon, jardinier, dont elle a un fils, Pierre Rougon. À la mort de son mari, elle vit en concubinage avec Macquart, contrebandier, avec qui elle a une fille, Ursule Macquart, et un garçon, Antoine Macquart. Après la mort de Macquart, elle se reclut dans la solitude. Ses trois enfants donnent naissance aux trois branches de la famille :
    • les Rougon, chez qui prédomine l’appât du gain et l’appétit du pouvoir,
    • les Mouret (mariage d’Ursule avec un chapelier ainsi nommé), branche où la fragilité mentale de l’aïeule réapparaît souvent,
    • les Macquart, branche la plus fragile, chez qui se retrouve la folie d’Adélaïde mêlée à l’ivrognerie et à la violence de son amant ;
  • il correspond aux débuts du Second Empire, cadre temporel dans lequel se situent tous les romans jusqu’à La Débâcle (guerre de 1870 et déroute de Napoléon III). L’action de La Fortune des Rougon se déroule en effet dans les jours qui suivent le coup d’État du 2 décembre 1851 : les Rougon profitent de ce coup d’État pour s’emparer du pouvoir politique à Plassans ;
  • il raconte enfin une histoire d’amour entre Silvère Mouret (fils d’Ursule) et Miette, fille d’un braconnier condamné aux galères. L’histoire finit mal : les deux jeunes gens participent à la résistance au coup d’État du 2 décembre 1851 en Provence ; Miette est tuée pendant les combats tandis que Silvère est fusillé par un gendarme, sans que son oncle ni l’un de ses cousins Rougon n’interviennent pour le sauver. Adélaïde Fouque, qui a assisté à la scène, devient folle et est enfermée dans un asile. Elle est alors âgée de 83 ans mais survit jusqu’au dernier roman (Le Docteur Pascal), s’éteignant à l’âge de 105 ans.
    Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fortune_des_Rougon

Ce tome m’a tiré les larmes …. touchant … on y découvre les complots politiques et toute la stratégie à appliquer en ces temps afin de parvenir à la réussite sociale ! Un vrai jeu d’échec !

Résumé tome 2 : La Curée
Le personnage principal est Aristide Rougon, dit Saccard, qui va faire une rapide fortune en spéculant sur les futurs terrains à bâtir à l’époque des grands travaux menés à Paris par le baron Haussmann.

L’action se déroule à Paris. Eugène Rougon a fait carrière en politique grâce à son soutien à Napoléon III : il est ministre. Son frère Aristide commence en bas de l’échelle par un modeste emploi. Sa femme s’appelle Angèle. Ils ont une fille (Clotilde), placée chez son frère, le docteur Pascal Rougon à Plassans, et un fils (Maxime), mis en pension. Ils habitent un modeste appartement de deux pièces. Eugène aide son frère à obtenir un emploi à la mairie de Paris, ce qui permet à ce dernier d’avoir accès à tous les plans des travaux d’Haussmann. Sa femme meurt. Il envoie sa fille chez Pascal, un de ses frères, et se marie, par intérêt, à une jeune fille nommée Renée Béraud du Châtel. Ayant pris le nom d’Aristide Saccard, il peut participer à la « curée », le dépeçage de Paris par les spéculateurs, tâche dont il s’acquitte à merveille. Il accumule rapidement une grande fortune en achetant à bas prix des immeubles entiers, dont il sait qu’ils seront bientôt rachetés à prix d’or par la ville, qui souhaite les détruire afin de construire les futurs grands boulevards de la capitale. Pourtant, Aristide a un train de vie faramineux et ne refuse aucune dépense pour ses proches. Ayant besoin de toujours plus d’argent, et alors qu’il accumule les échecs spéculatifs, il escroque sans aucun scrupule sa propre femme Renée, qui possède un important capital immobilier.

Le roman comporte également une intrigue amoureuse. Devenu veuf, Saccard a épousé Renée Béraud du Châtel, dont la fortune lui avait permis de se lancer dans la spéculation. Le couple est libre, chacun des deux époux ayant de nombreux amants sans que cela gêne l’autre le moins du monde. Jusqu’au jour où Renée, nouvelle Phèdre, tombe amoureuse de Maxime, fils que Saccard a eu de son premier mariage. La relation semi-incestueuse entre Renée et Maxime est finalement connue de Saccard, sans que celui-ci en soit vraiment affecté. Le roman se clôt sur une Renée abandonnée par Maxime, dépossédée de sa fortune par Aristide et qui sombre dans la folie avant de mourir d’une méningite.
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Cur%C3%A9e

Passionnant sur l’histoire de Paris et la manière dont le Paris d’aujourd’hui a été construit avec les bâtiments Haussmanniens etc. Zola maitrise sont sujet sur le bout des doigts sans que cela ne fasse jamais trop sérieux, trop lourd et indigeste. Au contraire ! Couplée à une histoire d’amour tragique ! Que demander de plus ? 🙂

Résumé du tome 3 :
Le personnage principal est Florent, le demi-frère de Quenu. Arrêté par erreur à la suite du coup d’État du 2 décembre 1851, il a été déporté au bagne de Cayenne en Guyane, dont il a réussi à s’évader. Il arrive à Paris en 1858 et obtient une place d’inspecteur au pavillon de la marée, à l’intérieur des halles.

On y rencontre des personnages variés tels que Lisa, charcutière, femme de Quenu (le demi-frère de Florent), et la fille aînée des Méhudin, la belle Normande, rivale de Lisa, qui tient une poissonnerie. Zola développe le thème de la rivalité entre « gras » et « maigres » tout au long du roman. La belle Normande, une grasse, entend se servir de Florent, un maigre, pour monter Lisa, grasse également, contre lui. Après un vif différend qui les a opposés à cause de la fraîcheur douteuse d’un de ses poissons, la belle Normande acquiert la sympathie de Florent par l’intermédiaire de Muche, son jeune fils, pour qui il devient une sorte de précepteur. Elle voit même en lui un mari potentiel, car héritier, ainsi que son frère le charcutier, de leur oncle Gradelle.

Quant à Florent, d’un côté il reverse tout son salaire à l’inspecteur en titre, malade, qu’il remplace, et de l’autre il se mêle de politique, participant à des réunions révolutionnaires dans la boutique de Monsieur Lebigre, marchand de vin. Il manigance, en prenant des notes et en essayant de rassembler des partisans, une action violente contre le régime impérial en place. Lisa prend peur, la situation lui déplaît et elle se méfie de ce beau-frère trop maigre qu’elle n’aime pas.

La vieille mademoiselle Saget, quant à elle, participe activement à tous les ragots. Elle fait passer à tort Florent pour un coureur de jupons, puis, parvenant à percer le secret du jeune homme en faisant parler la fille des Quenu, elle va le rapporter à deux autres femmes qui, promettant de garder le secret, se chargeront de répandre la nouvelle dans toutes les halles.

Par ailleurs mal vu en raison de son métier d’inspecteur, Florent est dénoncé comme conspirateur par sa belle-sœur et arrêté par la police.
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Ventre_de_Paris

On quitte les méandres de la bureaucratie et des investissements pour retrouver la bourgeoisie marchande avec cette boucherie Quenu … Pauvre Florent … il m’aura fait penser à un Candide. Passionnante découverte des Halles de l’époque !!! Encore une magnifique description du milieu et de l’histoire politique de cette époque ….

Je ferai un retour sur le Tome 4 quand je l’aurai achevé !

Saga Bit-Lit #2 La communauté du Sud – True Blood

La Communauté du Sud (The Southern Vampire Mysteries) est une série de treize romans appartenant au sous-genre Bit lit, sortis en anglais (États-Unis), écrits par Charlaine Harris, et publiés en France depuis 2001. Ils ont été adaptés en série télévisée sous le titre True Blood.
L’histoire se passe dans la petite commune de Bon Temps, qui se situe non loin de la ville de Shreveport, dans l’État de Louisiane, et raconte le quotidien d’une jeune femme serveuse dans un bar de Bon Temps et télépathe de son état, Sookie Stackhouse et sa rencontre avec des vampires. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Communaut%C3%A9_du_Sud

Alors j’ai commencé la saga en livre après avoir vu la série ( que je n’ai pas vu en entier d’ailleurs… va falloir que je remédie à ça à l’occasion). Craquage complet pour Eric comme pour beaucoup je pense ! J’ai un peu de mal avec Sookie et Bill que ce soit dans la série que dans les livres … Je me souviens qu’il avait quelques changements à noter entre la série et les livres concernant les personnages principaux mais je n’ai plus trop les détails. En bref je me suis arrêter à la moitié de la lecture du tome 4 et il va quand même falloir que je m’y remette !

Comme pour toutes les séries de bit-Lit j’ai du mal à enchaîner les livres… c’est sympa à lire mais rapidement je me lasse un peu . Ce sont donc des lectures qui s’étalent sur le temps intercalées entre des livres plus prenant.

Résumé tome 1 :
Les vampires vivent désormais parmi les humains grâce à un substitut leur permettant de se nourrir sans tuer. Mais la méfiance règne toujours à Bon Temps, petite ville de l’Amérique profonde. L’arrivée de Bill, ténébreux vampire du me siècle va bouleverser la vie de la jeune serveuse télépathe, Sookie, d’autant qu’une vague de crimes s’abat sur la ville.
Titre original : Dead Until Dark (2001)

Résumé tome 2 :
La petite ville de Bon Temps a retrouvé un semblant de calme. La jeune télépathe Sookie Stackhouse partage son temps entre le bar où elle travaille et son bien-aimé vampire, Bill Compton. Mais lorsqu’on s’en prend à elle, elle n’a d’autre choix que de pactiser avec la communauté vampire, et part mener l’enquête à Dallas sur la disparition d’un des leurs, au péril de sa vie !
Titre original : Living Dead in Dallas (2002)

Résumé tome 3 :
Revoilà Sookie Stackhouse, la jeune serveuse télépathe de Chez Merlotte, dans une aventure pour le moins singulière : lasse de supporter l’indifférence de Bill, son beau vampire parti en voyage, elle part enquêter au sein de la pègre des suceurs de sang. Aidée d’un loup-garou, qui fait naître en elle des désirs insoupçonnés, elle doit retrouver Bill, kidnappé par une ancienne amante – une vampire sexy en diable – et faire taire sa jalousie, tout en esquivant les avances d’Eric, le dangereux et séduisant Viking mort depuis plus de mille ans…
Titre original : Club Dead (2003)

Résumé tome 4 : (en cours donc)
Peu après sa rupture avec Bill, Sookie Stackhouse, la jeune serveuse de Chez Merlotte, trouve sur son chemin un homme nu et séduisant. Et quel homme ! Un vampire, plutôt : Eric Northman, le sheriff au charme ensorcelant qu’une sorcière dépitée a privé de sa mémoire ! Le dangereux prédateur est devenu une proie pour ceux qui veulent sa peau, mais Sookie est bien déterminée à ne pas les laisser faire…
Titre original : Dead to the World (2004)

:

Saga en cours Bit-Lit #1 Anita Blake

Pour commencer ce blog, je me dis que le plus simple serait de faire un point sur mes sagas en cours par genre pour que ce soit plus lisible…

Pour les résumés spoilant, il n’y en aura pas normalement ici puisque ce sont des livres que j’ai lus il y a quelques temps…sinon j’alerterai !

Nous allons commencer par la Bit-Lit puisque c’est la catégorie qui apparaît en premier sur Livraddict 🙂

ANITA BLAKE

J’ai donc lu les deux premiers tomes de cette série . Petite présentation de la saga selon wikipédia :

Anita Blake (titre original : Anita Blake: Vampire Hunter) est une série de romans écrits par Laurell K. Hamilton, autrice américaine de romans fantastiques urbains, publiés en continu depuis 1993. Les romans suivent les aventures d’Anita Blake, une jeune réanimatrice de zombies de 25 ans vivant dans une Amérique où la population est consciente que les vampires, loups-garous et autres créatures existent réellement et qu’ils ont, pour certains, acquis une existence légale depuis peu. Anita est une jeune femme forte et indépendante, même si elle ne mesure que 1,58 mètre. L’autrice a créé ce personnage après avoir constaté les inégalités de genre dans les romans policiers, avec des personnages féminins qui recevaient rarement les mêmes traitements que les personnages masculins. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Anita_Blake

Résumé tome 1 :

Mon nom est Blake, Anita Blake. Les vampires, eux, m’appellent « l’Exécutrice » et par égard pour les oreilles les plus chastes, je ne vous dirai pas comment, moi, je les appelle. Ma spécialité, au départ, c’était plutôt les zombies. Je relève les morts à la nuit tombée pour une petite PME. Ce n’est pas toujours très exaltant et mon patron m’exploite honteusement, mais quand on a un vrai don, ce serait idiot de ne pas s’en servir. Tuer des vampires, c’est autre chose, une vieille passion liée à des souvenirs d’enfance. Depuis qu’ils sont officiellement reconnus et ont pignon sur rue, ils se croient tout permis. Certes, il yen a de charmants, voire très sexy, mais il y en a aussi qui abusent. Ceux-là je les élimine. Rien de tel pour garder la forme : ça vous fouette le sang !

Résumé tome 2 :

Savez-vous ce que c’est qu’une « chèvre blanche »? Eh bien, en jargon vaudou, c’est un doux euphémisme pour désigner la victime d’un sacrifice humain. Et quand ces types sont venus me demander de relever un mort de deux cents ans et des poussières, j’ai tout de suite compris ce que ça impliquait. Je veux bien égorger des poulets, un mouton, voire un buffle dans les cas désespérés… mais ça, non! Pas question… Mais je les ai envoyés promener, eux et leur chèque d’un million de dollars. L’ennui, c’est que tout le monde n’a pas mon sens moral. Que ces salauds vont bien dégoter quelqu’un pour faire le boulot. Qu’on va se retrouver avec un mort-vivant raide dingue, tout sauf végétarien, et semant la panique. Et que c’est encore la petite Anita qui va devoir se le coltiner! Comme si je n’avais pas déjà assez de problèmes avec les vampires…

J’ai bien aimé les deux tomes, Anita est agréable à suivre, forte, indépendant et fonceuse ! Ça se lit très vite et bien . J’ai un peu peur pour la suite , j’ai lu que ça perdait en consistance pour se laisser submerger par les romances etc ce qui serait dommage parce que l’univers est bien noir , et le deuxième avec son univers vaudou vraiment chouette !
Série que je vais continuer bien que cette phrase sur wikipédia m’effraie un peu : « Laurell K.Hamilton a déclaré lors d’un live Instagram en répondant à une question d’une de ses fans que la série Anita Blake est en continu, que la série n’avait pas de fin et qu’elle(l’auteure) continuerait d’écrire cette série encore longtemps. »