La maison du chat-qui-pelote d’Honoré de Balzac

Résumé :
La Maison du Chat-qui-pelote, c’est d’abord une enseigne de boutique redoublée d’un tableau :  » Une formidable pièce de bois, horizontalement appuyée sur quatre piliers qui paraissaient courbés par le poids de cette maison décrépite, avait été rechampie d’autant de couches de diverses peintures que la joue d’une vieille duchesse en a reçu de rouge. Au milieu de cette large poutre mignardement sculptée se trouvait un antique tableau représentant un chat qui pelotait.  » Mais cette nouvelle, écrite en 1829 et plus tard placée par Balzac en ouverture de La Comédie humaine, est elle aussi un tableau vrai, tableau du Paris commerçant – le Marais et la rue Saint-Denis – que l’écrivain prend plaisir à peindre. Un tableau de moeurs, également, et son premier titre, Gloire et Malheur, laissait plus directement deviner que s’y jouait le destin d’une femme :  » Les humbles et modestes fleurs, écloses dans les vallées, meurent peut-être quand elles sont transplantées trop près des cieux, aux régions où se forment les orages, où le soleil est brûlant. « 
Source : https://www.livraddict.com/biblio/livre/la-maison-du-chat-qui-pelote.html

Avis :
Je suis la chaine Youtube de Madame Irma
https://www.youtube.com/channel/UCno9jVZtVlOp6nvsaeQelNw
qui est une fidèle lectrice de Balzac . Le mois précédent, elle a décidé de lancer le défi de lire au moins un livre de cet auteur au mois de Mai … sachant que j’ai lu, de lui, quelques ouvrages au lycée … et que je l’ai cordialement détesté … Et oui je suis de la team Zola !
Mais comme il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis, j’ai décidé de tenter l’aventure en commençant par ce livre. Et …. il ne m’a pas réconcilié avec Balzac … Alors ce ne fut pas aussi atroce que dans mon souvenir , loin de là … mais le style … j’ai vraiment du mal !
Les phrases sont lourdes, je ne comprends pas pourquoi Zola est aussi agréable à lire alors que Balzac me rebute autant. Les pages de descriptions au début mises à part,et la fin que j’ai trouvée bâclée, l’histoire d’Amandine et de son peintre adoré était plutôt agréable et on a une belle description de la société de l’époque.
Ahhhhh j’oubliais, ce livre me permet de valider une section dans mon défi 2020 , la 66. Il fallait lire un livre d’un auteur parmi 6 mentionnés et une catégorie pour le Lost in Time Challenge : une relique de ma PAL !